Photo credit: Thierry du Bois

EN

 

Artist Bio

Sylvia Trotter Ewens is a Honduran-Canadian painter and installation artist based in Montreal, Canada. Her work is comprised of small to large scale oil paintings and installation work influenced by nature, waste and the urbanization of the landscape. Trotter Ewens received a BFA from Concordia University in 2018 and is currently working in Warren G Flowers Art Gallery at Dawson College. Her work has been featured in group exhibitions such as Interfold magazine’s Issue 11 event in Eastern Bloc gallery, Montreal’s A.R.T.C.H Third Edition, and VAV Gallery’s exhibition, AnthropoScene. Trotter Ewens will be having her first solo show at Montreal’s AVE Gallery this November, 2020.

 

Artist Statement 

Sylvia Trotter Ewens’ paintings are a construction of spaces depicting the urban landscape and contemplating on environmental ethics. Having been an observer of rapidly evolving urban spaces in both her birthplace, Honduras and her home in Canada, she is inspired by how artificiality enters the natural landscape through human interventions, as well as shifting mentalities towards these spaces. In Trotter Ewens’ practice, walking, observing and documenting, are important steps in the process of planning her work. While assembling gathered images, she builds imagined spaces with aspects of control and organization that are dismantled back into messes or reconstructions. Through this, the spaces in her paintings reflect their susceptibility to change. Where a construction stands tall in one moment, in the next, it is overtaken by a flood, fire, or new growth. Alternating between its natural and artificial states, these shifting landscapes are a reflection on rapidly changing environments in relation with human intervention. As an artist, Trotter Ewens aims to document the landscape as a space that archives todays struggle in searching for a balance between the natural and urban environment. She asks herself, what does that look like when working with ideas relating to detritus, interventions, artificiality, environment and industrialization?

FR

 

Biographie 

 

Sylvia Trotter Ewens est une peintre et artiste d’installation honduro-canadienne dont la pratique est établie à Montréal. Ses œuvres comprennent des peintures à l’huile de toute taille et des installations inspirées par la nature, les déchets et l’urbanisation du paysage. Sylvia est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia (2018) et travaille actuellement à la Warren G. Flowers Art Gallery du Collège Dawson. Ses œuvres ont été présentées dans le cadre d’expositions de groupe, dont l’événement Issue 11 du Interfold Magazine dans la galerie Eastern Bloc, la troisième edition d’ARTCH de Montréal, et l’exposition AnthropoScene de la Galerie VAV. Sylvia présentera sa première exposition solo dans la Galerie AVE de Montréal en novembre 2020.

 

Démarche artistique

 

Les peintures de Sylvia Trotter Ewens constituent une construction des espaces représentant le paysage urbain et forment une réflexion en matière d’éthique environnementale. Ayant été témoine du rythme effréné de l’évolution urbaine à la fois dans son pays d’origine, le Honduras, et au Canada, Sylvia puise son inspiration dans la façon dont l’artificialité peut s’infiltrer dans le paysage naturel par l'intermédiaire d’interventions humaines, et dans l’orientation de l’évolution des mentalités. La marche, l’observation et la documentation forment d’importantes étapes dans le processus de planification artistique de Sylvia. Celle-ci assemble les images et crée des espaces imaginaires présentant des aspects de contrôle et d’organisation qui sont alors réarrangés pêle-mêle ou reconstruits. Les espaces présentés dans ses créations reflètent leur susceptibilité au changement. Alors qu’une construction se montre solide à un instant, l’instant d’après il est enseveli sous l'eau, dans les flammes ou par la végétation. Présentant des aspects tantôt naturels, tantôt artificiels, ces paysages changeants représentent une réflexion sur les environnements à évolution rapide dans le cadre des interventions des êtres humains. Dans son rôle d'artiste, Sylvia cherche à documenter le paysage en tant qu’espace qui vient archiver les défis du présent relativement à la recherche d’un équilibre entre l’environnement naturel et les milieux urbains. Elle intègre à sa démarche artistique les concepts de détritus, d’interventions, d’artificialité, d’environnement et d’industrialisation.